Histoire de Gilnéas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Histoire de Gilnéas

Message par Asra le Ven 23 Déc 2016 - 4:16



Balayée par les vents marins, plongée dans la pénombre d'un ciel éternellement gris, la fière nation de Gilnéas s'est dressée vaillamment contre les agressions extérieures durant des générations avant de finalement tomber sous les armées de Sylvanas. En dépit des crises traversées, l'âme gilnéenne persiste dans le coeur des sujets du roi Grisetête et c'est à présent leur histoire que nous allons étudier.


Les origines de Gilnéas :

Suite aux victoires de Thoradin durant la guerre contre les trolls (2800 BDP), l'empire d'Arathor s'étendit dans l'ensemble du sous continent à présent connu sous le nom de Lordaeron. A mesure que l'empire s'agrandissait, de nombreuses cités naquirent, dont celle de Gilnéas dans la péninsule du même nom. Relativement isolée du reste de l'empire, la ville finit par développer ses propres us et coutumes, gagnant progressivement son indépendance. Celle ci peut être datée aux environs de 1200 BDP, coïncident avec la dislocation de l'empire d'Arathor et le règne prospère du roi Archibald qui éleva Gilnéas au rang d'autres cités-états comme Kul'Tiras.


Gilnéas durant la Deuxième Guerre :

Dans les prémices de la Deuxième Guerre contre les orcs (6 - 8 APB), Gilnéas était reconnue comme un puissant royaume indépendant aux frontières de Lordaeron. Encouragé par ce fait, le roi Genn Grisetête maintint pendant longtemps une politique isolationniste vis à vis de l'Alliance fraîchement constituée entre les royaumes humains. Toutefois, malgré sa volonté d'épargner à ses sujets une guerre qui ne les concernaient pas directement, Genn dût envoyer des renforts face aux orcs dont la menace grandissait au sein même de Lordaeron. Menées par le seigneur Godfrey sous l'insistance de ce dernier, la force symbolique envoyée par Gilnéas rencontra des échecs cuisants qui ne firent que renforcer le ressentiment de Grisetête envers l'Alliance. Ainsi, peu de temps après la défaite de la Horde, Gilnéas refusa d'amener la moindre ressources aux projets de camps d'internement et de reconstruction sollicités par Lordaeron. Les tensions atteignirent leur paroxysme lorsque Stromgarde et Gilnéas firent front commun dans le refus de démanteler le royaume d'Alterac.


Le mur de Grisetête :

Dans les suites immédiates de la Seconde Guerre, les ambitions de Lordaeron amenèrent Gilnéas à repenser sa stratégie sur le continent. La solution de Grisetête fût d'ordonner la construction d'un grand mur à l'entrée de la péninsule afin de couper définitivement le royaume des troubles extérieurs. Dès lors, plus aucune entrée ne fût tolérée au sein du royaume et le devenir de celui resta mystérieux au yeux du monde entier. Même le grand explorateur Brann Barbe-de-Bronze fût repoussés des murailles. Il conclut d'ailleurs plus tard que le royaume était tombé aux mains des nagas. Du côté des Gilnéens, l'ensemble de la population n'était pas enthousiaste à une telle partition. La controverse suscitée par la division des terres de lord Darius Crowley et l'isolement de Bois-du-Bûcher de l'autre côté du mur finit néanmoins par s'apaiser.


La Troisième Guerre et la chute de Bois-du-Bûcher :

La menace grandissante du Fléau de Lordaeron ramena de nouveau Gilnéas dans les intrigues du monde extérieur. Malgré son isolement, la nation ne put rester indifférente au sort des réfugiés Lordaeronnais qui se pressaient au pied de la muraille. Gilnéas tenta dans un premier temps de repousser réfugiés et morts-vivants. Ces expéditions militaires échouèrent les unes après les autres, contraignant Grisetête à défendre le mur coûte que coûte. Dans une ultime tentative de résoudre la situation, il commanda à l'archimage Arugal de déchaîner la malédiction worgen aux alentours de Bois-du-Bûcher afin de retenir les armées du Fléau. Les worgens sauvages finirent par se retourner contre les humains et la malédiction atteignit l'ensemble des survivants. Pris entre deux feux, les humains des Pins-Argentés furent défaits.


La rébellion de la Porte Nord :

Ajoutée aux refus d'assistance envers l'Alliance, la perte de Bois-du-Bûcher et la trahison d'Arugal mirent le feu aux poudres au sein même de Gilnéas pourtant jusque là épargnée par les séditions. Désireux d'intervenir dans le conflit de la Troisième Guerre, lord Crowley envoya un corps expéditionnaire en Kalimdor pour appuyer Jaina Portvaillant ce qui suscita la colère de Grisetête. Ce dernier accusa Crowley de trahison malgré l'amitié qui les liait et une rébellion éclata au nord du royaume. Dans un premier temps, les troupes de Crowley l'emportèrent sur le camp des loyalistes en amenant de l'artillerie jusqu'aux portes de la capitale. Malgré les destructions, Genn Grisetête parvint à briser le siège et capturer son adversaire. La perte de Crowley mit un terme à la rébellion de la Porte Nord mais cette première crise amoindrie le royaume déjà malmené par les menaces extérieures.


Ralaar et la Faux d'Elune :

L'année 30 ADP fût le début d'un destin funeste pour Gilnéas. Parmi les worgens invoqués par Arugal au donjon d'Ombrecroc se trouvait Ralaar Brasegriffe, l'alpha prime responsable de la création de la malédiction des millénaires plus tôt. Dans sa folie, le druide déchu emmena la meute Croc-de-sang par delà le grand mur et diffusa la malédiction dans la capitale même. Au cours d'une nuit de terreur, Gêne Grisetête ordonna l'évacuation de la cité vers Havre-du-Soir qui était jusque là épargnée. Afin de protéger les citoyens en fuite, Darius Crowley, libéré dans la précipitation, prit position autour de la cathédrale de la Lumière de l'Aube. Submergés, les défenseurs finirent par rejoindre les rangs des worgens et disparurent.


Le grand Cataclysme et l'invasion réprouvée :

Isolés de la capitale, les Gilnéens survivants réussirent à tenir les worgens en respect autour de Havre-du-soir et du manoir Grisetête. Un événement pour le moins inattendu bouleversa l'issue du conflit : le Grand Cataclysme déchira les dernières barrières naturelles autour de Gilnéas et engloutit Havre-du-Soir. Dans le même temps, les réprouvés amorcèrent une invasion en règle par la mer et le mur de Grisetête. Contraints de fuir une fois de plus, les survivants furent acculés à Val-Tempête. Bien que les efforts de l'alchimiste  Krennan Aranas portèrent leur fruit en libérant de nombreux worgens de leur folie, c'est l'intervention des kaldoreis au coeur de la Forêt Noire qui permit, au final, de rallier l'ensemble des infectés à la cause gilnéenne grâce aux pouvoirs de la Faux d'Elune retrouvée.


La rebellion des Confins :

Frappé par la malédiction worgen, le roi Grisetête perdit la confiance de ses vassaux des Confins de la Tourmente. Ces derniers réprouvaient la nouvelle forme de leur souverain et s'opposaient ouvertement à lui, refusant l'idée même de rester à ses côtés. Leurs terres bloquant l'accès la capitale, le roi prit la décision radicale d'envoyer ses troupes contre les rebelles. Le baron Ashbury, Lord Walden et Lord Godfrey furent rapidement tués par les assassins worgens et dès lors Gilnéas put reporter ses efforts contre les réprouvés qui avaient entre temps réussi à passer le Grand Mur et investir la capitale. Une partie de la population gilnéenne était alors réduite en esclavage dans les mines, l'ensemble des ports bloqués par la marine de la Horde.


La bataille de Gilnéas :

Alors que la guerre semblait déjà perdue pour le royaume, Greymane et Crowley unirent leurs forces pour reprendre la capitale directement par l'est. La connaissance du terrain couplée aux talents surnaturels des worgens permit aux Gilnéens de repousser les réprouvés quartiers par quartiers avant de finalement mettre en déroute la Dame Noire elle même dans la Cour de Grisetête. Mortellement blessé par Sylvanas, l'unique héritier du trône, Liam Grisetête, mourut dans les bras de son père, permettant au général adverse de prendre la fuite. Rendu à l'évidence que les réprouvés allaient raser Gilnéas plutôt que de laisser les Gilnéens prendre la fuite, ces derniers furent contraint d'abandonner la cité pour rejoindre Quilleport.


Les derniers feux :

L'annonce de l'arrivée d'une flotte de l'Alliance par l'Ouest amena les Gilnéens à devoir porter un coup décisif sur les forces conjointes de la Horde et des Réprouvés. L'affrontement eut lieu sur l'Eminence, alors balayée par une averse soudaine. Des engins de siège fraîchement débarqués par les elfes de la nuit à Quilleport firent la différence contre les démolisseurs orcs. Dans le même temps, la canonnière de la Horde fût neutralisée par les assassins worgens, ouvrant le passage vers la Grande Mer. N'ayant plus aucune chance de reprendre du terrain face aux Réprouvés qui déferlaient par le Nord, Grisetête dut prendre la lourde décision d'abandonner son royaume.


Exil et répliques :

Conscient de la dette de sa nation envers l'Alliance, Grisetête noua durablement des relations avec celle ci, parvenant même à rompre l'antipathie qui régnait entre lui le roi Wrynn. Son rêve de reconquête faillit se concrétiser lors d'une opération audacieuse où le Front de Libération de Gilnéas, mené par Darius Crowley, reparti en Lordaeron avec la VIIème légion de Hurlevent. Pendant les premiers mois de l'an 31 ADP, les Gilnéens assaillirent les positions réprouvées dans la forêt des Pins Argentés et dans les Contreforts de Hautebrande en ralliant les meutes de worgens sauvages de la région. Néanmoins, alors que la VIIème légion reprenait le contrôle de Gilnéas, Lorna Crowley fût capturée par lord Godfrey, récemment relevé par les réprouvés. Ne pouvant se résoudre à abandonner sa fille, Darius finit par accepter l'ultimatum conséquent et abandonna la ville contre la vie de Lorna.


Une nouvelle existence :

Dispersés aux quatre coins d'Azeroth, les Gilnéens continuaient pour la plupart de servir leur roi. Les orientations prises à la suite de la perte de Gilnéas étaient cependant variées ; certains ont préféré fonder des colonies dans l'espoir de rebâtir leur royaume à l'abri des réprouvés. D'autres, au contraire, poursuivirent l'effort de guerre en Kalimdor, en Pandarie puis en Draenor. Enfin, une partie des worgens ont délibérément choisi de s'exiler auprès des kaldoreis, bercés par leur hégémonie druidique. Genn Grisetête, quant à lui, n'a pas abandonné l'idée de prendre sa revanche sur les réprouvés. L'essentiel des opérations menées par l'armée gilnéenne visaient à contrer les plans de Sylvanas et de ses alliés de la Horde.


Le retour de la Légion Ardente :

La bataille du Rivage Brisé en l'an 36 ADP marqua un coup dur pour l'Alliance. Rapidement, la défaite fût attribuée à la lâcheté de Sylvanas ayant occasionné la mort du roi Wrynn durant les combats. Décidé à venger son ami, Grisetête intercepta la flotte réprouvée au large de Tornheim, causant un débarquement précipité sur les Îles Brisées. Malgré la perte du Brûleciel, principale cannonière de la flotte Gilnéenne, le vieux roi parvint à établir ses positions dans la région et empêcha Sylvanas de s'emparer du pouvoir des Valkyras. Encore aujourd'hui, les Gilnéens mènent une lutte sans relâche pour la suprématie de l'Alliance à Tornheim, Haut-Roc et Val'Sharah.
avatar
Asra
Admin

Classe : Guerrière

Voir le profil de l'utilisateur http://flechelunaire.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum